Vous êtes ici :   Accueil »
    Imprimer la page...

Nouvelles

Les nouvelles actives sont postérieures au 03/10/2014
Les nouvelles antérieures sont consultables dans les  Archives des nouvelles

Ligue Royale Belge pour la Protection des Oiseaux asbl

Rue de Veeweyde 43-45 - 1070 Bruxelles -
Tél. 02 / 521 28 50 // 0496 / 261 375
E-mail: protection.oiseaux@birdprotection.be
Website: www.protectiondesoiseaux.be

Communiqué de presse – mercredi 22 octobre 2008 


Hérissons : l’hiver est la première cause de mortalité !



Bruxelles

Si le trafic routier tue annuellement quelque 230.000 Hérissons sur les routes belges, le premier hiver reste cependant la première cause de mortalité pour ce petit mammifère bien sympathique !

Pour survivre aux mois d’hiver durant lesquels la nourriture est rare, voire inexistante, et contrairement aux rongeurs hibernant qui stockent des provisions dans des caches pour les périodes de réveil, le Hérisson approvisionne sa nourriture sous forme interne de graisse.
Il est donc vital qu’il puisse s’engraisser suffisamment durant l’automne.

Contrairement à ce que l’on pense, le Hérisson ne commence pas à hiberner brusquement. L’arrivée des nuits fraîches et la diminution progressive des proies conduisent à une activité de moins en moins soutenue.
Suivant les conditions et les individus, le début de la période d’hibernation peut aussi varier fortement. Un automne clément peut étendre la durée des activités normales jusqu’en novembre, voire en décembre.
Ordinairement, les premiers hibernants se calfeutrent dès le début octobre.

L’hibernation n’est cependant pas une période d’inactivité.
Même durant les mois les plus froids (janvier-février), certains individus peuvent se « réveiller » et redevenir actifs pour de courtes périodes. Un certain nombre d’entre eux se mettent même à construire un nouveau gîte pour y reprendre leur phase d’hibernation.
En réalité, peu de choses sont connues sur le comportement hivernal du Hérisson et la succession de courts réveils est peut-être la règle générale.
Le Hérisson hiberne isolé, quoique, souvent, plusieurs individus peuvent avoir leurs gîtes relativement proches les uns des autres, dans un site particulièrement propice.

Il est possible de procurer au Hérisson des abris qui pourraient lui convenir pour édifier son nid ou son gîte hivernal, sachant pertinemment qu’il est exclu d’aller vérifier s’il y a occupation !
Toute sophistication est inutile ; un tas de bois accompagné d’une provision de feuilles mortes sèches, le tout couvert d’une tôle et abrité, par exemple, au pied d’un conifère touffu, suffit.
Une vieille porte en bois, appuyée contre un muret bien orienté ou le mur d’une construction de jardin, l’espace vide comblé de feuilles mortes, remplit également les conditions requises. Il est évidemment préférable d’installer l’abri au fond du jardin, dans une parcelle « sauvage ».

La découverte d’un Hérisson après la fin du mois d’octobre, même s’il paraît en bonne santé, doit être prise très au sérieux. En effet, il apparaît qu’un minimum de 500 grammes est indispensable pour qu’un individu possède une réserve de graisse suffisante à sa survie lors de l’hibernation. Il est donc utile d’emporter les Hérissons « trop maigres » et de les confier au plus vite au Centre de Revalidation (CROH) le plus proche.
Si vous faites une telle découverte, contactez au plus vite le secrétariat général de la Ligue Royale Belge pour la Protection des Oiseaux au 02/521.28.50. La survie du petit animal dépend peut-être de votre réaction !






Photo des hérissons: Emile Vleugels.


Découvrez plus d’informations sur les Hérissons en visitant leur website


suite.gif


Source: LRBPO.

Lire la suite


Vous êtes ici :   Accueil »
    Imprimer la page...

Espace membres


Se reconnecter :


  829576 visiteurs
  82 visiteurs en ligne

  105 membres
Connectés :
( personne )

Lettre d'information

Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.

Avant de soumettre ce formulaire, veuillez lire et accepter les Mentions légales.

Recopier le code :
50 Abonnés