Vous êtes ici :   Accueil »
    Imprimer la page...

Nouvelles

Les nouvelles actives sont postérieures au 03/10/2014
Les nouvelles antérieures sont consultables dans les  Archives des nouvelles
Mesures anti-loup: non, les protecteurs de la nature ne sont pas d’accord ! - le 25/03/2013 17:58 par   Denis_Salmon

Mesures anti-loup : non, les protecteurs de la nature ne sont pas d’accord !

ASPAS Nature

Malgré les accords de samedi entre le gouvernement, les éleveurs et certaines associations, l’ASPAS s’oppose fermement au massacre stupide et inutile de 24 loups. L’ASPAS, qui a déjà agi au niveau européen pour la protection de l’ortolan, prépare une riposte cinglante, et rappelle que le loup est encore une espèce protégée… 

L’abattage de 24 loups, annoncé par ce fameux plan loup, est tout simplement stupide. Absurde au niveau biologique, il n’est qu’une mesure démagogique destinée à calmer les éleveurs les plus hostiles au loup, qui ne se satisferont pas longtemps de cette mesure, car leur but est l’éradication totale de tout prédateur. Ces abattages arbitraires ne peuvent apporter de solution durable à la cohabitation entre troupeaux et grands prédateurs.
C’est oublier ce que les scientifiques et les protecteurs rappellent depuis des années:

- Le loup ne représente qu’une infime proportion de la mortalité des troupeaux.

- Abattre un loup désorganise les meutes et les pousse à conquérir de nouveaux territoires.

- Les troupeaux doivent être protégés de façon efficace avant d’envisager toute mesure de tir d’un loup. C’est ce qui se pratique dans tous les pays où les grands prédateurs cohabitent avec le pastoralisme.

 Cette mesure ne contribue en rien à résoudre la crise que traverse la filière ovine dans tous les départements français, et non pas les quelques départements où le loup est revenu.

L’Espagne abrite plus de 2 500 loups, l’Italie 1 500.
La France est-elle incapable de préserver sa biodiversité ?

 Comme pour la « gestion » calamiteuse de l’ortolan, du grand hamster ou du grand tétras, l’ASPAS porte donc le dossier à la Commission Européenne pour obliger la France à enfin protéger sa nature.

Oui, nous sommes des extrémistes: nous demandons le respect des lois…

Contact presse 
Pierre Athanaze
Président de l’ASPAS
tél. 06 08 18 54 55

 

Source: Aspsa Nature.

Lire la suite