Vous êtes ici :   Accueil »
    Imprimer la page...

Nouvelles

Les nouvelles actives sont postérieures au 03/10/2014
Les nouvelles antérieures sont consultables dans les  Archives des nouvelles
Projet de ZAC Arémis-Lure - le 20/11/2011 23:44 par   Staff

 

 

Communiqué de presse

Contact :

LPO Franche-Comté - 03 81 50 43 10

 

Projet de ZAC «Arémis-Lure»:
La LPO Franche-Comté dépose
un Recours en annulation

Le Tarier des prés, une espèce menacée
par le projet de ZAC

Arémis-Lure © Jean-Claude Desprez


 

La Ligue pour la Protection des Oiseaux de Franche-Comté a déposé en septembre dernier un recours en annulation contre le projet de ZAC
«Arémis-Lure» prévu sur le site de l’ancien aérodrome de Lure - Malbouhans (Haute-Saône).

Ce projet impulsé par le Conseil Général de la Haute-Saône et soutenu par de nombreux fonds publics prévoit l’urbanisation de 130 hectares par de nombreuses entreprises ou institutions.

Contrairement à la communication réalisée par le Maître d’ouvrage (SYMA Arémis-Lure), la biodiversité, un compartiment important d’une démarche environnementale ambi- tieuse, n’est pas suffisamment prise en compte à la hauteur des enjeux.

En effet, la réalisation du projet va entraîner la fragmentation et la destruction d’habitats naturels remarquables d’intérêt européen qui servent de sites de reproduction à plusieurs espèces animales rares, menacées et protégées au niveau national et européen.

Parmi les espèces les plus sensibles menacées par le projet figurent le Damier de la succise, la Pie-grièche écorcheur ou encore le Tarier des prés.

Le cas du Tarier des prés est tout à fait emblématique des menaces que fait peser le projet de ZAC «Arémis-Lure» sur la conservation de la biodiversité.

Inscrit sur la Liste Rouge des oiseaux menacés de disparition de France et de Franche-Comté, ce petit passereau migrateur qui niche au sol (près d’une dizaine de couples à Malbouhans) disparaîtra à court terme suite à la
fragmentation du site (réduction des prairies de centaines d’hectares à quelques dizaines d’hectares) et à son cloisonnement par les bâtiments et
les infrastructures linéaires.

Par conséquent, et en raison des fortes menaces que fait peser ce projet sur plusieurs espèces animales menacées et protégées, la LPO Franche-Comté a déposé un recours en annulation auprès du Tribunal administratif de Besançon.





Source: Lpo Franche - Comté.

Lire la suite