En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés.
Mentions légales.
Vous êtes ici :   Accueil »
    Imprimer la page...

Nouvelles

Les nouvelles actives sont postérieures au 03/10/2014
Les nouvelles antérieures sont consultables dans les  Archives des nouvelles
Non au Projet carrier de Lives-Bossimé - le 03/04/2010 00:07 par Staff

Non Projet carrier de Lives-Bossimé

 

Il aura fallu plusieurs dizaines d'années après la fermeture de la carrière de Bossimé pour que la nature reprenne ses droits; raison de plus pour refuser ce nouveau projet de Sagrex. Aujourd'hui, l'intérêt biologique de la zone est attestée par l'existence de 4 sites de grand intérêt.

On y relève la présence de nombreuses espèces animales et végétales assez rares, rares et très rares dont certaines sont protégées en vertu de législations régionale et européenne. Au total 12 espèces animales et 21 espèces végétales différentes comme par exemple le hibou grand-duc, le faucon pélerin, 3 espèces de pics, 5 espèces de batraciens dont l'alyte et un reptile. Quant aux souterrains de la carrière de Lives, ils sont colonisés par des centaines de chauve-souris.

La division de la nature et forêt est sans équivoque quant à l'avenir de toutes ces espèces: ce sera soit leur régression, soit leur disparition totale. Elle ajoute in fine de son rapport qu'en ce qui concerne l'alyte, si le projet devait se réaliser, il induirait un non-respect des engagements de la Région Wallone auprès de la Commission Européenne qui serait susceptible de prendre des sanctions à notre égard.

NATURA 2000: dans sa version actuelle, le site Natura 2000 est réduit à une bande située entre l'ancienne carrière de Lives et la RN90. Initialement, toute la zone visée par le projet Sagrex était inscrite en Natura 2000. Le ministre Happart n'a pas repris certains sites dont celui-ci.
La Belgique a été condamnée pour avoir transposé de façon incomplète la directive européenne sur la conservation des habitats ainsi que de la faune et de la flore sauvage. Or, c'est la Commission Européenne qui arrête définitivement la liste des sites à protéger.

Une plainte a été déposée dans ce cadre et est en cours d'examen au niveau
européen.


 


 

A SUIVRE.

 

 

petition-1.gif

 
Source: Namur Est environnement et Loyers.

Lire la suite