En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés.
Mentions légales.
Vous êtes ici :   Accueil »
    Imprimer la page...

Nouvelles

Les nouvelles actives sont postérieures au 03/10/2014
Les nouvelles antérieures sont consultables dans les  Archives des nouvelles
Barbarie au château de Hoyoux - le 24/09/2009 10:06 par Staff

Ligue Royale Belge pour  la Protection des Oiseaux asbl

                 Rue de Veeweyde 43-45 · 1070 Bruxelles · Tél. 02/521.28.50 · 0496/261.375

                 E-mail: protection.oiseaux@birdprotection.be · Website :www.protectiondesoiseaux.be


Communiqué de Presse – jeudi 24 septembre 2009

 

Barbarie !

Le garde-chasse du château de Hoyoux pris en flagrant délit de piégeage de rapaces…

C'est alertée par un promeneur que la Ligue Royale Belge pour la Protection des Oiseaux a dépêché, la semaine dernière, une équipe dans les campagnes entourant le château de Hoyoux, dans la commune de Les Avins. Entre un bois et un champ de betteraves, deux pièges (type pièges à mâchoires) étaient opérationnels. Dans l'un d'eux, une Buse variable terminait tristement son existence, les deux pattes fracturées par les mâchoires d'acier.

Après cette dramatique constatation, appel a été fait à l'Unité Anti Braconnage (UAB) qui a directement envoyé un agent sur place. Celui-ci a surpris le garde-chasse en flagrant délit alors qu'il tentait de retirer ses pièges. Procès-verbal a été dressé et les pièges ont été saisis. La Buse, quant à elle, a été achevée. D'après les affirmations du promeneur à l'origine de cette intervention, au moins trois autres rapaces avaient déjà été piégés.

La LRBPO va déposer plainte pour détention et utilisation de pièges cruels et illicites, pour cruauté envers les animaux et pour destruction d'oiseaux protégés.

La LRBPO tient à dénoncer cette pratique moyenâgeuse qui n'est ni plus ni moins qu'un acte d'infâme barbarie. Ces pièges sont depuis longtemps interdits (détention et utilisation) car considérés à la fois comme cruels (les animaux piégés meurent lentement, dans d'affreuses souffrances) et non sélectifs (de nombreux animaux sont attirés par les appâts carnés qui y sont disposés).

Pourquoi diable vouloir détruire ces oiseaux protégés? Tout simplement pour écarter tout prédateur naturel du site où plusieurs centaines de faisans venaient d'être lâchés. La LRBPO tient également à dénoncer le fait que ces jeunes faisans (au plumage juvénile évident) venaient d'être lâchés dans la nature alors que tout lâcher est interdit depuis le 1er septembre (soit un mois avant l'ouverture de la chasse).

Beaucoup de question peuvent être posées suite à cette affaire macabre. Tout d'abord, comment expliquer que le propriétaire du site et titulaire du droit de chasse tolère (voire n'encourage) de telles pratiques barbares et totalement illégales?

Pourquoi se fourvoie-t-il dans le tir de jeunes faisans fraîchement et illégalement lâchés?

Son désir de racheter un tronçon de route communale, autour de son château, pour 'se débarrasser des touristes et des promeneurs' vise-t-il également à écarter ceux qui pourraient être témoins de délits de chasse?

Beaucoup de questions auxquelles les protecteurs des oiseaux espèrent bien avoir des réponses.

Hugues FANAL

Directeur

Visitez notre site web  http://www.protectiondesoiseaux.be

Lire la suite