Vous êtes ici :   Accueil »
    Imprimer la page...

Nouvelles

Les nouvelles actives sont postérieures au 03/10/2014
Les nouvelles antérieures sont consultables dans les  Archives des nouvelles
Non à la privatisation des forêts domaniales de Wallonie ! - le 15/12/2016 09:04 par   Denis_Salmon

Bonjour,

Nous avons été  informés de la proposition de décret modifiant les articles 74 et 114 du Code forestier  qui permettrait de faciliter la privatisation des forêts domaniales, c'est-à-dire des forêts appartenant en tout ou en partie à la Région wallonne. Ces forêts sont gérées par le Département de la Nature et des Forêts, dans l'intérêt commun. La proposition prévoit de supprimer l'adoption d'un décret par le Parlement wallon lors de la privatisation de ces forêts domaniales : c'est la porte ouverte à la privatisation des plus majestueuses forêts publiques, en catimini.

Parmi ces forêts domaniales se trouve par exemple la forêt domaniale indivise d'Anlier (7 040 hectares), la forêt domaniale indivise de Baudour (620 ha), la forêt domaniale indivise de la Vecquée à Seraing et Neupré (670 ha) et la forêt domaniale indivise d'Herbeumont (1600 ha).

Environ 12 000 ha de forêts domaniales indivises sont concernées par cette possibilité de privatisation. Pire : toutes les autres forêts domaniales sont aussi concernées, ce qui porte la superficie à plus de 50 000 ha !

Or, ces forêts recèlent les joyaux de notre patrimoine forestier wallon, les bijoux naturels placées dans le réseau européen Natura 2000, où niche notamment la rare cigogne noire et de nombreuses autres espèces animales bénéficiant de programmes européens LIFE en vue de leur préservation. L'or bleu de la Wallonie, sa ressource en eau, bénéficie aussi de façon cruciale du maintien de l'intégrité de ces forêts domaniales.

Il s'agit aussi d'espace de quiétude et de sérénité appréciés par un nombre croissant de Wallon.ne.s ou de touristes européens à la recherche de moments de détente et de ressourcement. A l'heure où les massifs forestiers wallons font l'objet d'une mise en valeur touristique, est-il cohérent de faciliter leur privatisation ?

N'y a-t-il pas une incompatibilité entre cette privatisation et les moyens que requièrent les politiques relatives à la protection de l'or bleu, à l'éco-tourisme ou à la conservation de la vie sauvage emblématique de nos forêts ?

Les forêts sont l’habitat naturel indispensable de nombreuses espèces de notre faune et notre flore. Les types de gestion durable appliqués dans nos forêts publiques ont pour objectif le maintien et l’amélioration de la biodiversité ailleurs menacée et le respect des multiples fonctions de la forêt.

L'analyse des cartes topographiques anciennes nous apprend en effet que les dernières ventes de forêts domaniales (il y a deux siècles, vers 1820, durant la période hollandaise) ont été fatales aux forêts vendues : déboisement massif par les acquéreurs privés ou enrésinement complet d'un patrimoine forestier feuillu. En outre, les forêts qui avaient été cédées par le roi Guillaume à la Société Générale ont fini par être toutes vendues généralement dans les années 1830 ou peu après — sauf le tiers de la forêt de Soignes, aujourd’hui porté aux nues de Natura 2000 et même de l’Unesco — et souvent défrichées, les acquéreurs ne voyant que leur intérêt financier immédiat. Nos paysages portent encore de nombreux stigmates de la privatisation des forêts domaniales survenue il y a deux siècles !

La libération de ces espaces serait un appel à une urbanisation croissante.

Nos forêts domaniales ne méritent tout simplement pas de tomber dans les mains de spéculateurs financiers privés.

Cette proposition de décret a – de façon incompréhensible – passé récemment le cap de la Commission de l'agriculture et du tourisme du Parlement wallon.

En Angleterre, une semblable proposition de vente de forêts publiques avait fait scandale il y a quatre ans. La proposition avait dû être annulée face au tollé parmi les citoyens.  Comme en Outre-Manche, souhaitez-vous aussi accroître la défiance des Wallon.ne.s envers leurs parlementaires en adoptant cette proposition dénuée de tout bon sens ?

Vous aussi, dites non à la privatisation des joyaux forestiers de la Wallonie, en refusant la proposition de  décret modifiant les articles 74 et 114 du Code forestier lors de la séance du Parlement wallon du 21 décembre !

En vous remerciant pour votre attention,

Entente Nationale pour la Protection de la Nature

Jacques Sténuit                                                          Marc De Brouwer     

Président                                                                   Secrétaire

Texte à envoyer aux Députés  W.allons

Lire la suite