En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés.
Mentions légales.
Vous êtes ici :   Accueil »
    Imprimer la page...

Nouvelles

Les nouvelles actives sont postérieures au 03/10/2014
Les nouvelles antérieures sont consultables dans les  Archives des nouvelles
Commission de concertation projet abattage de 216 arbres quartier neptune - le 13/01/2011 20:19 par   Madame_Kuhn
 Commission de Concertation du 11 janvier 2011

 

Objet : PU 24886 – Abattage de 216 arbres avenues Neptune, Pénélope, Télémaque et Ulysse – Opposition et demande d’un projet révisé

 

 

Introduction

 

- Le paysage vert que nous possédons et désirons conserver se compose de larges avenues bien arborées, plantées de grands robiniers (Pseudoacacia) et sorbiers (Sorbus) formant une belle masse verte importante, identité de notre quartier.

Dont une majorité d’arbres reconnus comme incontestablement  sains (photos).

 

Voici la photo de l’avenue Willemans Ceuppens, plantée il y a environ 10 ans de la même espèce que celle que la commune veut nous imposer (Liquidambars) :

On notera immédiatement l’absence de présence physique des arbres.

 

- On veut nous faire croire que 1 arbre égale 1 arbre.

 

Nous avons actuellement 216 arbres, et la masse verte d’un seul de ces grands arbres représente environ 20 fois la masse verte des arbres proposés.

La plantation de 162 nouveaux arbres représente donc 162 divisé par 20 = 8 de nos actuels grands arbres en masse feuillue.

 

2) Valeur patrimoniale verte de nos avenues et contre-expertise

 

- Comment croire la commune qui annonce que 53% des arbres sont à abattre (115 arbres) car prétendus dangereux, alors que l’on nous présente  32 photos non référencées. Plusieurs photos représentent peut-être le même arbre.

Dans les fiches techniques, on note à plusieurs reprises des discordances  entre les plans et les fiches individuelles compromettant gravement l’identification et le positionnement exact des arbres. 

 

a) Comment croire aux 53% d’arbres dangereux à abattre alors que des emplacements vides, de très petits arbres morts ou des arbres inexistants sont fichés « à abattre ». Ou encore un petit arbre bien vivant et sain (porteur de bourgeons) déclaré « mort » et également repris en « à abattre ».

 Ceci représente déjà 11 arbres soit 5%.

 

b) Les arbres dangereux :

  Nous en comptons 46 soit 21%.

Dans ceux-ci, seuls 14 arbres ont une dangerosité à court terme.

 

c) Les 159 autres arbres (30 sont à surveiller) peuvent être conservés sans dangerosité soit 74%.

 

 

1ère conclusion intermédiaire : au lieu des 53% prétendus dangereux, il y a seulement 21% à considérer. Du coup, la donne change : il faut aller à un abattage sélectif.

 

Notre étude est basée sur l’avis d’un ingénieur des eaux et forêts qui a une excellente connaissance et expertise des arbres en milieu urbain.

 

« Le manque de compétences associé à des budgets inadaptés est une des causes majeures de l'état général actuel. En effet, le gestionnaire sans spécialiste et sans moyen considère alors la suppression comme la seule issue à une situation pesante. Petit à petit, arbre après arbre, la disparition du patrimoine est programmée sans possibilité de retour. »

 

3) Le choix des essences

 

Caractéristiques des robiniers 

 

- Série de photos de jeunes robiniers plantés en trottoir : le trottoir ne bouge pas.

- Série de jeunes robiniers au milieu de grands robiniers : en voirie, la compétition entre arbres ne joue pas.

NB : la compétition ne joue qu’en forêt dense ; on coupe ici le cou à un canard que les autorités et services véhiculent à tort.

 

α) Qualités du robinier : essence rustique et robuste

 

- Robuste, il tolère les sols pauvres.

 - Il fixe l’azote et donc régénère la terre.

- Peu gourmand en eau, il se plante dans le désert. 

- Sa belle ramure large et vigoureuse en fait un climatiseur naturel. 

- Son feuillage léger filtre la lumière sans assombrir.

- Ses petites feuilles facilement putrescibles disparaissant rapidement, ne sont jamais glissantes sur les trottoirs.

- Il est très bien acclimaté depuis plusieurs siècles et on ne lui connaît pas d’ennemis.

- Last but not least : il coûte environ 7 x moins cher que les autres espèces proposées. 

 

β) Défauts du robinier :

 

- Cassant (indice de rupture moyen), mais  nos grands robiniers ont TOUS résisté sans aucun dégât aux 2 violentes tempêtes du 14 juillet et 10 novembre 2010 ainsi qu’aux vents violents du samedi 8 janvier 2011. Et aucune branche n’a cédé sous le poids des dernières neiges.

- Drageons et racines traçantes : mais on peut montrer de belles photos sans racines gênantes et on peut disséquer l’exemple du  grand robinier devant le n° 30 avenue Neptune. En fait, le descellement du trottoir provient de la vétusté du pavement qui remonte à plusieurs décennies (photos).

Le robinier, s’il est bien traité et bien planté, il se comporte admirablement en voirie (photos).

 

 

b) Les espèces proposées sont toutes exotiques.

 

Liquidambar Styraciflua Worplesdon

 

α) Qualités vues par les pouvoirs publics :

 

-Pas d’entretien.

- Racines pivotantes.

- Arbre fastigié.

- Faible croissance.

Donc, appréciation uniquement fonctionnelle (voir photos)

.

 β) Défauts (en pratique) du Liquidambar St.W. :

 

- Racines remontantes et traçantes.

- Feuilles larges peu putrescibles, glissantes.

- Grosses branches cassantes (indice de rupture non étudié).

- Grosses plaies.

- Gelivures.

- Production de styrax, miela corrosif pour les carrosseries des voitures ; gomme allergisante et irritante.

- Arbre exotique.

- Aucune expérience comportementale à plus de 10 à 15 ans en voirie.

 

Parrotia Persica

 

Photo prise à Anderlecht, rue de Sévigné, arbres plantés depuis 10 ans.

Photo prise à Anderlecht, rue Dekens à Etterbeek.

 

α) Qualités uniquement vues par les pouvoirs publics :

 

- Greffe de petit arbuste sur une tige haute.

- Croissance très lente (1cm par an en pratique).

- Convient pour trottoirs étroits dans rue étroite bordée de petites maisons ou  sans zone de recul.

 

β) Défauts :

 

- Experts et pépiniéristes s’accordent à dire que ce n’est pas un arbre recommandé en voirie à cause de son système racinaire. Certaines communes ne veulent plus les planter depuis 6 ans. Pas référencé comme arbre de voirie.

- Difficulté à la reprise.

-Pas adapté à nos larges avenues et aux grands immeubles.

- N’aime pas les sols tassés (donc les trottoirs).

- Exotique, pas d’expérience à long terme en voirie.

 

Magnolia Galaxy

 

Peu de Magniolia Galaxy plantés en RBC.

 

α) Qualités uniquement vues par les pouvoirs publiques :

 

- Référencé comme arbuste par les pépiniéristes.

- Recommandé pour rue étroites et peu ensoleillées.

 

β) Défauts :

 

- Difficultés à la reprise.

- Exige un sol assez riche, et de l’eau.

- Pousse mieux à mi-ombre. Nos avenues sont « plein soleil »

- Le seul Magniolia Galaxy en RBC a été planté en test, il y a deux ans et doit être surveillé « comme le lait sur le feu ».

- N’aime pas les sols tassés (donc les trottoirs).

- Exotique, pas d’expérience à long terme en voirie.

 

2ème conclusion intermédiaire:

 

« Les relations entre les plantes et leurs milieux sont maintenant bien connues du grand public. Les plantes de climat méditerranéen ne sont pas les mêmes que celles du Nord. Les plantes de milieu acide sont différentes de celles qui vivent sur les sols calcaires. Cependant, il arrive encore que le choix de telle ou telle essence se fasse encore « au coup de coeur ». Qui n'a pas rêvé de refaire telle ou telle composition vue ailleurs ? Ce que peut faire le jardinier à force de soins pour une petite plante exotique est impossible

à envisager pour un ensemble de grands arbres entretenus par la collectivité. Il est donc impératif de placer la bonne essence dans le bon milieu.»

 

Quel choix ? Evidemment le robinier, car robuste et acclimaté. 

Et il faut se limiter à un abattage sélectif très limité.

 

4) Conditions de plantation de jeunes et moyens arbres en voirie

 

α) On a pu observer un taux de mortalité important parmi les jeunes arbres plantés en voirie, après 2 à 3 ans.

Voir photos :

av. Gatti de Gamont coin av Domaine,

 av. du Domaine,

 av. Van Pé, av.Kersbeek,

 av. Carsoel (il faudra replanter 75% des 80 liquidambards récemment plantés début 2010).

Coin av. des armures/ av. Neptune.

 

3ème conclusion intermédiaire:

 

« Quand il s'agit de plantations, les professionnels ont l'habitude de dire qu'ils fournissent à leurs clients des bébés à élever. Ils insistent, par là, sur le fait que la mise en place d'un végétal est l'acte plus facile. Le plus important sera de l'élever correctement et de le préserver durant sa vie d'adulte. »

 

β) Les cahiers des charges

 

Ils doivent répercuter les critères de fourniture, transport et plantation, caractéristiques des fosses de plantation, du remblais, de la terre de comblement, des conditions et de la durée des entretiens, soins et arrosages nécessaires, de la durée de la garantie plus ou moins longue en fonction de l’âge et de la grandeur des arbres plantés,…etc.

 A notre grand regret, on nous a refusé l’accès à ces données pendant la durée de l’enquête publique.

 

 

γ) L’aspect trottoir

 

« C’est toujours une loterie quand on ouvre un trottoir ». Dès lors, la solution que nous proposons, abattage des seuls arbres dangereux et replantation dans la même fosse:

- permet de grandement minimiser les risques liés aux différents gestionnaires situés en trottoir.

- d’épargner les trottoirs des avenues Pénélope et Télémaque, refaits il y a peu de temps et donc en bon état (voir photos).

- de dégager des finances pour refaire les vieux trottoirs des av. Neptune et Ulysse, accédant ainsi à une demande justifiée et insistante de la plupart de riverains dont une grande proportion sont à mobilité réduite.

 

- NB : la grande majorité des emplacements actuels des arbres et des luminaires sont adéquats compte tenu des nombreuses contraintes (portes d’entrée et de garage)

(voir photos).



0030i.jpg      arbres.jpg


 

 

 

Lire la suite