En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés.
Mentions légales.
Vous êtes ici :   Accueil »
    Imprimer la page...

Nouvelles

Les nouvelles actives sont postérieures au 03/10/2014
Les nouvelles antérieures sont consultables dans les  Archives des nouvelles

Encore un loup braconné en douce
L’ASPAS porte plainte
Communiqué de presse mercredi 06 février 2008


Un loup tiré par balle et à demi décapité a été trouvé le 26 janvier dernier à Presle, en Savoie. Un acte aussi barbare qu’illégal, car il s’agit d’un animal protégé.

L’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) porte plainte contre X devant le Tribunal de grande instance de Chambéry. Le courageux auteur de cet acte, qui ne se vante pas de son exploit, risque 6 mois d’emprisonnement et 9 000 euros d’amende. Le cadavre de sa victime gisait à moitié immergé, près d’un pont.

Découvert par des promeneurs, il a été transporté par des gardes de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage, et autopsié au laboratoire d’analyses vétérinaires de Chambéry.

Il s’agit bien d’un loup gris Canis lupus, probablement abattu par une balle de calibre 12. Le loup est, au même titre que le lynx ou l’ours, une espèce phare de notre faune, dont la présence est voulue par la majorité des Français, et protégé par la loi.

À l’heure où le fameux Grenelle de l’environnement prône la défense de la biodiversité, l’ASPAS entend rompre le silence gêné du ministère, et rappeler les devoirs de l’État envers les générations futures. Cet acte est aussi inadmissible que le meurtre de l’ourse Cannelle. L’ASPAS porte donc plainte devant le TGI de Chambéry pour destruction d'espèce animale non domestique, et espèce protégée, (violation de L.411-1 et de l'arrêté du 23/04/07 fixant la liste des espèces protégées).

L’ASPAS rappelle, s’il en est encore besoin, qu’il existe des mesures de protection des troupeaux, et qu’elles se montrent efficaces dans les autres pays. L’ASPAS rappelle également que des bergers font honnêtement leur travail en France, mais qu’ils sont oubliés au profit de quelques agités hors-la-loi, qui salissent la profession.


Contact presse: Pierre Athanaze – Administrateur de l’ASPAS 06 08 18 54 55

Lire la suite