En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés.
Mentions légales.
Vous êtes ici :   Accueil »
    Imprimer la page...

Nouvelles

Les nouvelles actives sont postérieures au 03/10/2014
Les nouvelles antérieures sont consultables dans les  Archives des nouvelles
Fêtes responsables, faites attention ! - le 24/12/2009 16:38 par Staff
Fêtes responsables,
Faites attention !
 
 
Une partie très importante du caviar vendu en France, comme dans toute l’Union Européenne n’échappe pas au commerce illégal de caviar issu du braconnage puis du trafic international. L’Association pour la Protection des Animaux Sauvages lance une enquête pour mettre en évidence l’ampleur de ce trafic afin d’exiger de la France et de l’Union Européenne un véritable investissement pour lutter contre ce trafic responsable de la disparition de plusieurs espèces animales.
 
L’esturgeon européen ne se reproduit plus aujourd’hui que dans l’estuaire de la Gironde où il survit par miracle. La situation est très préoccupante dans la mer Caspienne où, non seulement plusieurs espèces subissent le braconnage pour leurs oeufs, mais sont aussi victimes de la pollution, notamment le pétrole.
 
L’UE est le plus grand importateur de caviar au monde. Entre 1998 et 2003, elle en a légalement importé 550 tonnes, ce qui correspond à 46 % du commerce mondial total (1 205 tonnes). Bien que les chiffres exacts du commerce illégal ne soient pas connus, on pense toutefois qu’ils sont élevés. Entre 2000 et 2005, les autorités ont saisi plus de 12 tonnes de caviar illégal dans l’UE. 
 
Des quotas doivent être établis chaque année (du 1er mars au 28 février) par tous les pays exportateurs (et souvent il s’agit de quota zéro équivalent à une interdiction de commerce).
Mais malheureusement on a pu constater qu’une partie importante du caviar était encore commercialisée tout à fait illégalement.
 
Afin de renforcer le contrôle du commerce du caviar il a été décidé, par la CITES (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction), de mettre en place un système d’étiquetage normalisé pour toutes les exportations et réexportations de caviar, y compris lorsqu’ils sont reconditionnés.

Afin de mettre en lumière l’étendue du trafic illégal de caviar, l’ASPAS lance une enquête auprès de ses adhérents et du grand public pour que ceux-ci contrôlent l’étiquetage dans leurs commerces respectifs.
 
Pour participer à l’enquête rendez-vous sur http://www.aspas-nature.org

(comment vérifier la légalité de l’étiquetage et télécharger le bulletin à remplir)
 
 
Pour les fêtes de fin d’année faites un geste pour la nature en consommant responsable.
 
Contact presse : Jean-Patrick LE DUC
Administrateur de l’ASPAS
Tél. 06 12 94 52 81



 
Source: ASPAS.

Lire la suite