En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
Vous êtes ici :   Accueil » Blog » Pro Natura ( Suisse )
 
 

Blog - Pro Natura ( Suisse )


Nombre de membres 101 membres
Connectés : ( personne )
Snif !!!
   


Pro Natura ( Suisse )

Décisions du Conseil national Helvétique concernant le loup  -  par Staff






Décisions du Conseil national concernant le loup:
Le Parlement démantèle la protection du loup


logopronatura-300x120.jpg


Le Conseil national a pris aujourd’hui trois décisions inquiétantes à l’encontre de la biodiversité. Sa protection est dangereusement mise à mal en Suisse. Pour Pro Natura, la Suisse joue avec le feu.
 
L’affaiblissement du statut de protection du loup dans la Convention de Berne est une décision lourde de conséquences. « Parce qu’elle ne parvient pas à gérer la présence d’une douzaine de loups sur son territoire, la Suisse doit renoncer à une convention préservant la vie sauvage de toute l’Europe. Le pays ébranle ainsi la protection de milliers d’autres espèces », s’insurge Mirjam Ballmer, cheffe de projet en politique de protection de la nature chez Pro Natura.

La seconde décision du Conseil national, répondant à une motion de sa commission de l’environnement, est tout aussi catastrophique. Il est dans l’ordre naturel que des animaux sauvages dévorent parfois d’autres animaux sauvages. Or, le Conseil national intervient maintenant dans cet équilibre : les animaux sauvages protégés, tel le lynx, doivent pouvoir être abattus s’ils dévorent trop de chevreuils ou de chamois. « Le Parlement est bien présomptueux en s’arrogeant le droit de modifier comme bon lui semble la chaîne alimentaire naturelle », critique Mirjam Ballmer.

De plus, en rejetant les motions demandant des améliorations dans la protection des troupeaux (Moser, Teuscher, Thorens), le Parlement rend un bien mauvais service aux éleveurs de moutons : en leur refusant davantage de moyens pour protéger leurs troupeaux, il accepte implicitement que ces éleveurs continuent de perdre de trop nombreuses bêtes, victimes non seulement du loup, mais aussi et surtout – par milliers – d’éboulements, de maladies et d’accidents.

Ces décisions ne sont pas dangereuses que pour le loup et le lynx, mais pour la biodiversité dans son ensemble », souligne Mirjam Ballmer. 

Pour tous compléments d’information:

Nicolas Wüthrich, responsable de l’information
tél. 079 212 52 54
nicolas.wuthrich@pronatura.ch





Décisions du Conseil national concernant le loup:
Le Parlement démantèle la protection du loup


logopronatura-300x120.jpg


Le Conseil national a pris aujourd’hui trois décisions inquiétantes à l’encontre de la biodiversité. Sa protection est dangereusement mise à mal en Suisse. Pour Pro Natura, la Suisse joue avec le feu.
 
L’affaiblissement du statut de protection du loup dans la Convention de Berne est une décision lourde de conséquences. « Parce qu’elle ne parvient pas à gérer la présence d’une douzaine de loups sur son territoire, la Suisse doit renoncer à une convention préservant la vie sauvage de toute l’Europe. Le pays ébranle ainsi la protection de milliers d’autres espèces », s’insurge Mirjam Ballmer, cheffe de projet en politique de protection de la nature chez Pro Natura.

La seconde décision du Conseil national, répondant à une motion de sa commission de l’environnement, est tout aussi catastrophique. Il est dans l’ordre naturel que des animaux sauvages dévorent parfois d’autres animaux sauvages. Or, le Conseil national intervient maintenant dans cet équilibre : les animaux sauvages protégés, tel le lynx, doivent pouvoir être abattus s’ils dévorent trop de chevreuils ou de chamois. « Le Parlement est bien présomptueux en s’arrogeant le droit de modifier comme bon lui semble la chaîne alimentaire naturelle », critique Mirjam Ballmer.

De plus, en rejetant les motions demandant des améliorations dans la protection des troupeaux (Moser, Teuscher, Thorens), le Parlement rend un bien mauvais service aux éleveurs de moutons : en leur refusant davantage de moyens pour protéger leurs troupeaux, il accepte implicitement que ces éleveurs continuent de perdre de trop nombreuses bêtes, victimes non seulement du loup, mais aussi et surtout – par milliers – d’éboulements, de maladies et d’accidents.

Ces décisions ne sont pas dangereuses que pour le loup et le lynx, mais pour la biodiversité dans son ensemble », souligne Mirjam Ballmer. 

Pour tous compléments d’information:

Nicolas Wüthrich, responsable de l’information
tél. 079 212 52 54
nicolas.wuthrich@pronatura.ch

Fermer Fermer

Publié le 01/10/2010 @ 10:08   | Tous les billets | Prévisualiser...   Imprimer...   | Haut