Vous êtes ici :   Accueil » Blog » ASPAS
 
 
Blog - ASPAS

Nombre de membres 109 membres
Connectés : ( personne )
Snif !!!
   


Rubriques

Déplier Fermer Vogelbescherming

Déplier Fermer Vidéos

Déplier Fermer Sauvons les Tilleuls - Villers - sous - Chalamont - France

Déplier Fermer Sauvons la biodiversité au Maroc

Déplier Fermer Sauvons la Forêt

Déplier Fermer Sauvons la Biodiversité en Espagne

Déplier Fermer SPENDEUR SAUVAGE

Déplier Fermer Ramsar

Déplier Fermer Pro Natura ( Suisse )

Déplier Fermer Picardie-Nature

Déplier Fermer One-Voice

Déplier Fermer OISEAUX-NATURE

Déplier Fermer OISEAUX DES HAUTES - FAGNES

Déplier Fermer Nos Actions

Déplier Fermer Natura 2000

Déplier Fermer Natagora

Déplier Fermer LRBPO

Déplier Fermer France Rila (Bulgarie)

Déplier Fermer France Nature Environnement

Déplier Fermer FCPN

Déplier Fermer Emissions "Jardin Extraordinaire" RTBF

Déplier Fermer Education-Environnement

Déplier Fermer Ecologie - Radicale

Déplier Fermer Défense Environnement Bruxelles

Déplier Fermer Dessin pour la Faune Sauvage

Déplier Fermer Cité Forest Vert

Déplier Fermer Campagnes Pays de l'Ours

Déplier Fermer Campagnes Kalaweit

Déplier Fermer Campagnes Greenpeace France

Déplier Fermer Campagnes Greenpeace Belgique

Déplier Fermer Campagnes Férus

Déplier Fermer Campagne

Déplier Fermer CENTRE ATHENA

Déplier Fermer Bruxelles Environnement

Déplier Fermer Baleines

Déplier Fermer Aves France

Déplier Fermer Association Protection et Avenir d'Avijl

Déplier Fermer Actions pour les Oiseaux

Déplier Fermer Actions pour les Blaireaux - France

Déplier Fermer Actions - IFAW

Déplier Fermer Action Nature

Déplier Fermer ASPAS

Derniers billets
Derniers commentaires
ASPAS

Tuer un loup est inutile, désastreux et dangereux  -  par Staff



Logo ASPAS

Lorsque les solutions de l’État sont pires que les dégâts !
Tuer un loup est inutile, désastreux et dangereux

Encore une autorisation de destruction de loup accordée par les pouvoirs publics ! Combien de temps encore l’État se servira du loup comme bouc émissaire de la crise de la filière ovine ? Combien de temps pour qu’enfin les affirmations et propositions des spécialistes du loup soient reconnues et mises en place par les services de l’État ? L’Association pour La Protection des Animaux Sauvages condamne fermement la politique anti-loup relayée par le gouvernement.
 
Le préfet des Hautes-Alpes vient d’autoriser des « tirs de défense » à l’encontre des loups sur la commune d’Esparron. Ce qui constitue une très grave erreur. À l’encontre des loups, bien sûr, mais également à l’encontre des éleveurs et de leurs troupeaux !
 
Il est bien connu, et reconnu par tous les spécialistes de cette espèce, que de tuer un ou des loups d’une meute ne peut que conduire à la désorganisation de cette dernière. Cela a été vérifié de maintes fois ! 
 
Sur cette même commune, en décembre dernier, un chasseur a cru bon de rajouter cette espèce protégée à son tableau de chasse. Grand mal lui en a pris. Il a été condamné par la justice. Les attaques récentes sur les troupeaux de moutons ne sont que le résultat de l’éclatement de la meute, imputable à ce braconnage. La destruction d’un nouveau loup de cette meute ne pourra qu’augmenter la prédation sur les troupeaux.

Si cette nouvelle autorisation de destruction d’un loup est un grave déni de la réalité biologique [grotesque en cette « année de la biodiversité » chère à notre ministère de l’Écologie] il constitue une très grave « erreur » vis-à-vis des éleveurs locaux. Ces derniers sont instrumentalisés par les pouvoirs publics qui agitent régulièrement le chiffon rouge du retour du loup, mais restent sans réponse face au désarroi du monde agricole en général. À celui de la filière ovine en particulier.
 
Le loup ne saurait cacher l’inaction des pouvoirs publics face à la crise agricole. La destruction d’un loup, censée calmer pour quelque temps des éleveurs excédés par la crise, aura des effets contraires.
 
L’ASPAS rappelle, s’il en est encore besoin, qu’il existe des mesures de protection de troupeaux, et qu’elles se montrent efficaces dans les autres pays.

Combien de loups devront payer encore ce jeu de dupes ? Combien de temps les responsables de la filière ovine feront-ils semblant d’être dupes ?
Contact presse : Pierre Athanaze
Président de l’ASPAS
Tél. 06 08 18 54 55


Logo ASPAS

Lorsque les solutions de l’État sont pires que les dégâts !
Tuer un loup est inutile, désastreux et dangereux

Encore une autorisation de destruction de loup accordée par les pouvoirs publics ! Combien de temps encore l’État se servira du loup comme bouc émissaire de la crise de la filière ovine ? Combien de temps pour qu’enfin les affirmations et propositions des spécialistes du loup soient reconnues et mises en place par les services de l’État ? L’Association pour La Protection des Animaux Sauvages condamne fermement la politique anti-loup relayée par le gouvernement.
 
Le préfet des Hautes-Alpes vient d’autoriser des « tirs de défense » à l’encontre des loups sur la commune d’Esparron. Ce qui constitue une très grave erreur. À l’encontre des loups, bien sûr, mais également à l’encontre des éleveurs et de leurs troupeaux !
 
Il est bien connu, et reconnu par tous les spécialistes de cette espèce, que de tuer un ou des loups d’une meute ne peut que conduire à la désorganisation de cette dernière. Cela a été vérifié de maintes fois ! 
 
Sur cette même commune, en décembre dernier, un chasseur a cru bon de rajouter cette espèce protégée à son tableau de chasse. Grand mal lui en a pris. Il a été condamné par la justice. Les attaques récentes sur les troupeaux de moutons ne sont que le résultat de l’éclatement de la meute, imputable à ce braconnage. La destruction d’un nouveau loup de cette meute ne pourra qu’augmenter la prédation sur les troupeaux.

Si cette nouvelle autorisation de destruction d’un loup est un grave déni de la réalité biologique [grotesque en cette « année de la biodiversité » chère à notre ministère de l’Écologie] il constitue une très grave « erreur » vis-à-vis des éleveurs locaux. Ces derniers sont instrumentalisés par les pouvoirs publics qui agitent régulièrement le chiffon rouge du retour du loup, mais restent sans réponse face au désarroi du monde agricole en général. À celui de la filière ovine en particulier.
 
Le loup ne saurait cacher l’inaction des pouvoirs publics face à la crise agricole. La destruction d’un loup, censée calmer pour quelque temps des éleveurs excédés par la crise, aura des effets contraires.
 
L’ASPAS rappelle, s’il en est encore besoin, qu’il existe des mesures de protection de troupeaux, et qu’elles se montrent efficaces dans les autres pays.

Combien de loups devront payer encore ce jeu de dupes ? Combien de temps les responsables de la filière ovine feront-ils semblant d’être dupes ?
Contact presse : Pierre Athanaze
Président de l’ASPAS
Tél. 06 08 18 54 55

Fermer Fermer

Publié le 28/04/2010 @ 20:11   | Tous les billets | Prévisualiser...   Imprimer...   | Haut
Archives du blog
Le blog actif contient tous les billets postérieurs au 14/20/1003
Les billets antérieurs sont consultables dans les
Archives du blog
Archives
09-2017 Octobre 2017
L M M J V S D
            01
02 03 04 05 06 07 08
09 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
XRDb
Recopier le code :
52 Abonnés